J'ai fait un don de sang placentaire - Pour le Don d’Organes et de Tissus Humains
Nous rejoindre sur facebookNous suivre sur TwittreNous suivre sur LinkedinNous suivre sur ViadeoNous suivre sur PinterestNous suivre sur YouTube

J’ai fait un don de sang placentaire

Sylvie raconte dans quelles conditions elle a fait un « don de sang placentaire » et combien elle en est heureuse.

297

Je suis donneuse de sang dans mon village, où nous sommes à chaque fois bien accueillis : entretien avec un médecin, questionnaire de santé, collation. Nous, les femmes, nous pouvons donner 3 fois dans l’année.

Au cours de ma grossesse en 1997, j’ai suivi les séances de préparation à l’accouchement. Les sages-femmes nous parlent du don de sang placentaire. Elles nous précisent qu’il est utilisé uniquement chez les enfants atteints de leucémie, puisqu’il est riche en cellules souches. Le don n’a aucun risque pour notre enfant, puisqu’il est pris une fois que notre bébé est né. Après toutes ces explications, j’ai accepté.

Lors de mon accouchement, mon bébé est né, le cordon ombilical coupé, et avant d’expulser le placenta, les infirmières font le prélèvement sanguin. Dans le cordon ombilical, on prélève une poche de sang. Et 3 mois après, je refais un test sanguin.

En Octobre 2005, l’EFS (Etablissement français du Sang) de ma région me contacte. Mon don de sang placentaire (8 ans après) a été sélectionné par un centre greffeur pour traiter un malade. Afin de pouvoir libérer le greffon, on me demande des analyses sanguines pour tester certaines maladies transmissibles (sida, hépatites B et C, syphilis), un entretien médical et un questionnaire de santé sur mon enfant.

Je reçois un courrier en novembre 2005. L’EFS m’informe qu’après avoir fait un don de sang placentaire, refait un test de mon sang en octobre 2005, les tests n’ont montré aucune anomalie. Mon greffon va désormais pouvoir être utilisé pour traiter un malade.

Une larme a coulé quand j’ai appris que mon greffon va être utilisé. Un peu de son sang pour sauver un malade, tous ces efforts servent à quelque chose. Je tiens à remercier tous ces EfS qui font un travail formidable.

Sylvie, du Jura.

Remarque : Les prélèvements de sang de cordon ne sont réalisés que dans un nombre très limité de maternités.
Photo : le Pr Eliane GLUCKMANN, qui a réalisé la 1ère greffe à partir de sang de cordon.

Revenir sur : Temoignages