Avril, un anniversaire - Pour le Don d’Organes et de Tissus Humains
Nous rejoindre sur facebookNous suivre sur TwittreNous suivre sur LinkedinNous suivre sur ViadeoNous suivre sur PinterestNous suivre sur YouTube

Avril, un anniversaire

Rolland se souvient de sa Greffe du Coeur, en avril 1995…

124

C’est vers la cinquantaine qu’apparaissent, chez, moi, les premiers troubles cardio-vasculaires, en particulier la survenue d’un infarctus du myocarde. Les raisons ? Sans doute un terrain génétique prédisposant, mais aussi, il ne faut pas le cacher, une conduite à risques (tabagisme excessif, entres autres…).

Les soins par voie médicamenteuse me permettent de tenir une dizaine d’années, mais après un second infarctus, il faut se rendre à l’évidence : c’est le moteur lui-même qui est déficient. Je souffre d’une myocardiopathie irréversible, le coeur ne répond plus et le moindre effort se traduit par des oedèmes aigus des poumons de plus en plus rapprochés. Une seule issue : la transplantation cardiaque.

Une hospitalisation dans le service cardiologique du C.H.U. LAENNEC de NANTES-SAINT-HERBLAIN, pour des examens pré-greffe, est suivie d’une longue attente pour savoir si je suis inscrit sur la liste nationale des futurs greffés. J’ai eu cette chance. Commence alors une autre longue attente car les dons d’organes en France restent insuffisants. Il faut savoir patienter.

 

Cette opération a eu lieu en avril 95, dans les meilleures conditions. Depuis cette date j’ai retrouvé mes forces et ma joie de vivre. Je dois ce miracle au personnel compétent et dévoué de l’hôpital LAENNEC, mais aussi, comme tous les greffés, au donneur et à sa famille qui a accepté le don d’organes, et à qui va toute ma gratitude. Je suis trop âgé aujourd’hui pour que ce même geste de ma part soit utile. Mais j’ai la satisfaction de voir que mes trois enfants, par conviction et reconnaissance filiale, ont fait le choix du don d’organes.

ROLAND

Revenir sur : Temoignages