Don d'Organes : "la personne de confiance est-elle un témoin fiable ?" - Pour le Don d’Organes et de Tissus Humains
Nous rejoindre sur facebookNous suivre sur TwittreNous suivre sur LinkedinNous suivre sur ViadeoNous suivre sur PinterestNous suivre sur YouTube

Don d’Organes : « la personne de confiance est-elle un témoin fiable ? »

40% des personnes de confiance désignées par la personne décédée pour faire part de ses attentes supposées se tromperaient sur l’opinion du défunt

352

La personne de confiance est amenée à faire part des attentes du patient hospitalisé lorsque celui-ci n’est plus en état de le faire. Elle est alors consultée sur ce qu’il ou elle aurait voulu.

Après leur accord pour l’étude, et dans l’hypothèse de leur décès, l’adéquation entre l’accord de patients pour le don de leurs organes et le témoignage de la personne de confiance qu’ils ont désignée est évaluée.

L’opinion des patients quant au don de leurs organes : 52 % y sont favorables, 40% d’entre eux ont réfléchi à des consignes précises et 12 % ont une carte de donneur ; l’étude ne précise pas le % de ceux qui l’ont transmise ; 25% s’y opposent et 22 % ne savent pas.
La personne de confiance choisie est sept fois sur dix le conjoint, jamais le  médecin traitant, témoignant du poids du lien affectif accordé pour cette mission. Une personne de confiance sur deux estime qu’il est difficile de parler à la place du patient et un tiers d’entre elles souhaitent que les médecins prennent également en compte les opinions des autres proches.
Que ce soit pour les patients favorables ou défavorables au don de leurs organes, les personnes de confiance apportent dans 40 % des cas un témoignage qui n’est pas concordant à la position du patient.
Faute d’avoir été réellement informée, la personne de confiance, que l’on aurait pu imaginer être un témoin fiable, n’est manifestement pas à la hauteur des espérances dans ce contexte.

Les auteurs concluent sur le caractère fondamental de la sensibilisation des citoyens à la nécessité pour chacun d’en discuter avec son entourage.

Gignon M, Manaouil C, Jardé O. « La personne de confiance est elle un témoin fiable en cas de possibilité de prélèvement d’organe sur une personne décédée en  vue du don ? » Ann Fr Anesth Reanim 2009 ;27(10) : 825-31.
© 2008  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. Avec la permission de l’Editeur.

Voir également
Le site de la revue

Pièces jointes
Le document d’étude complet (.pdf, 358 Ko)

Revenir sur : Documents d'étude