Dons d'organes : l'Espagne reste première mondiale - Pour le Don d’Organes et de Tissus Humains
Nous rejoindre sur facebookNous suivre sur TwittreNous suivre sur LinkedinNous suivre sur ViadeoNous suivre sur PinterestNous suivre sur YouTube

Dons d’organes : l’Espagne reste première mondiale

L’Espagne reste en tête en matière de don d’organes

visuel-coeur-mainsL’Espagne a battu un nouveau record historique en 2011 en matière de dons d’organes et consolidé sa première place mondiale, loin devant le Portugal, les Etats-Unis et la France. Ceci dans un contexte de hausse du nombre de greffes, a annoncé mercredi 3 octobre le ministère espagnol de la santé.

Les  greffes d’organes dans le monde ont augmenté de 3% en 2011. En Europe, le nombre des personnes en attente d’une greffe atteignait 63.009 à fin décembre 2011, soit 1,8% de plus en un an. L’Espagne est proportionnellement la première dans ce domaine du don  : elle a enregistré en 2011 un taux de 35,3 donneurs par million d’habitants, contre 28,1 au Portugal, 26 aux Etats-Unis, 25 en France. L’Allemagne se plaçe beaucoup plus loin avec un taux de 14,7 donneurs par million d’habitants.
L’Espagne a battu « son propre record historique, avec un total de 1.667 donneurs qui ont permis de réaliser 4.218 greffes, soit une hausse de 11,8% et 500 interventions de plus qu’en 2010« , est-il précisé dans le communiqué. Elle « est depuis 20 ans à la première place mondiale en termes de dons d’organes et de greffes car le modèle espagnol est très professionnalisé. Il repose fondamentalement sur un réseau de coordinateurs hospitaliers » La création de l’Organisation Nationale de Transplantations lui a permis d’être considérée comme un modèle à suivre. Un « guide de bonnes pratiques« , a été mis en place récemment après avoir rassemblé les méthodes jugées les plus efficaces.  La « recette » du modèle espagnol est complexe et n’a pas été entièrement assimilée, ce qui explique pourquoi d’autres pays ont essayé d’importer le modèle sans obtenir les mêmes résultats. 
Les éléments sont légaux, politiques, économiques, médicaux, culturels, communicationnels. Toutes les stratégies possibles ont été explorées tout en préservant la confiance des citoyens dans leur système de santé.

 

 

Revenir sur : Chiffres clés