Rejoignez nous sur Facebook
Rejoignez nous sur Twitter
Rejoignez nous sur linkedin
Rejoignez nous sur viadeo
Rejoignez nous sur google +
Rejoignez nous sur pinterest
Rejoignez nous sur youtube

FRANCE ADOT 74

Haute-Savoie

8 rue de la Jonchère
74600 SEYNOD
Tél : 09.77.39.80.70
ADOT Haute-Savoie Votre CONTACT M. Didier BOYER Président Contacter directement

Fabienne, 47 ans a fait preuve d'un immense amour pour son mari.

Je m'appelle Fabienne, j'ai 47 ans. En Décembre dernier, j'ai donné un de mes reins à mon mari, qui étais atteint tout comme nos 3 enfants, d'une polykystose rénale.


Lorsque l'on nous a parlé de dyalise et de don d'organes, pour moi le choix étais fait. Le DVA (don de donneur apparente) étais évident, alors que mon mari étais très frileux à l'idée de devoir me fair subir cela.


Nous avons effectué tous les examens nécessaire, et dans notre cas, la greffe étais possible. Je suis donc passé devant un psychatre, le comité de l'agence de Biomedecine et devant le président du tribunal de grande instance.


Personnellement, lorsque le "grand jour" est arrivé, j'étais très sereine alors que mon mari étais très angoissé.
Mais en fait finalement tout s'est très passé.


Aujourd'hui, tous deux allons très bien, et mon mari maintenanten plein forme, réalise a quel point il étais fatigué avant son intervient. Maintenant il revit! Et nous profitons pleinement des merveilleux de moments que nous offre la vie.

 


Jean Wauquier est un homme humble et ordinaire de 78 ans,
         mais avec une histoire qui est tout, sauf ordinaire.

Jean a reçu 3 greffes, toutes différentes les unes des autres.

Mais loin d'être un homme affaibli par ses greffes, Jean est un homme dynamique qui parcourt le département, afin de sensibiliser le public et les jeunes étudiants au dons d’organes et intervient pour préparer à la transplantation les malades en attente d’une greffe. 

Comme je l’ai été, l’histoire de Jean Vauquier, ne manquera pas de vous bouleverser, vous émouvoir, vous toucher, mais aussi de forcer votre admiration. Maintenant pour laisser la place à Jean et le laisser vous parler, je vous invite à cliquer ici.

 


Guy, greffé du foie

Eh bien voilà, je me lance...

J'ai bénéficié d'une greffe du foie le jour anniversaire de mes 60 ans ... ! Après 14 mois d'une longue attente.


Ma maladie initiale, Cholangite Sclérosante Primitive (CSP), était à un stade avancé, et les options qui m'étaient présentées, étaient d'accepter l'idée d'être greffé et ainsi de demander la greffe...ou mourir à court ou moyen terme.


Un inconvénient énorme, majeur: il fallait accepter l'idée qu'une personne doive mourir pour que je puisse bénéficier d'un greffon. Avais-je le droit d'attendre cela ? Etait-ce moralement compatible avec mes propres valeurs ? Pourquoi être mis en liste d'attente et ... attendre le décès d'un inconnu pour survivre.


Un deuxième inconvénient: l'équipe médicale me prévenait qu'il y avait des risques opératoires, c'était une opération lourde, et le taux de survie à 5 ans, était à cette époque, disons...très limité. Néanmoins j'ai pu bénéficier 14 mois plus tard d'un greffon.


Le choc est brutal, cette opération est un combat, le staff médical m'avait prévenu, mais je ne m'attendais pas vraiment à cette difficile bataille pour survivre. Par contre dès le troisième jour, les paramètres des bilans hépatiques étaient devenus normaux. Normaux, ce que je ne connaissais plus depuis plus de 10 ans !


Bien évidemment depuis mon lit en chambre stérile j'ai questionné l'équipe médicale pour connaître quelques informations sur le donneur, son âge, sa stature (je suis grand) ce qu'il faisait, comment était-il mort ? Sans résultat aucun, le DON étant un geste anonyme.


Je vis depuis avec un foie qui n'est pas à moi, le foie d'un inconnu qui m'a sauvé la vie. Lorsque j'ai passé les 5 ans de survie et que je me suis retrouvé du bon côté "statistique", je suis parti seul, sac à dos, pour une longue marche de 1600 kms. En 62 jours non-stop.


Tous les jours j'ai marché avec l'aide de ce foie, grâce à ce foie, alors que les efforts sont conséquents et que la marche est éprouvante. Et tous les jours, tous jours j'ai remercié la famille du donneur et l'équipe médicale qui m'a sauvé la vie, tout en continuant de mettre un pas devant l'autre.


Aujourd'hui j'avance encore dans la vie, je suis membre de plusieurs associations d'aide aux malades, aux familles de malades, je plaide pour le DON d'organes. C'est aussi une manière, ma manière à moi, de remercier la famille qui a fait don du corps de l'un des siens.


MERCI ... MERCI.     


carte adots

Demandez votre carte d'ambassadeur du don d'organes

 

Don de moelle osseuse avec France ADOT

je donne

Retrouvez nous sur les réseaux sociaux

Rejoignez nous sur linkedin Rejoignez nous sur viadeo Rejoignez nous sur google + Rejoignez nous sur pinterest Rejoignez nous sur youtube