Rejoignez nous sur Facebook
Rejoignez nous sur Twitter
Rejoignez nous sur linkedin
Rejoignez nous sur viadeo
Rejoignez nous sur pinterest
Rejoignez nous sur youtube

FRANCE ADOT 72

Sarthe

Maison des Associations
4 rue d'Arcole
72000 LE MANS
Tél : 02.43.28.40.00
Port: 06.78.84.16.86
ADOT Sarthe Votre CONTACT Mme SENTIS ANNIE Présidente Contacter directement

 

QUELQUES TÉMOIGNAGES:

 

1er témoignage: par Alain CHEVALIER

J'ai 65 ans et pouvoir se lever chaque matin depuis 8 ans avec la forme, des idées claires et des projets d'avenir quoi de mieux !!!
Chaque matin depuis juin 2007, je dis merci à mon Frère de m'avoir donné un rein, à sa famille et bien sûr à la mienne aussi. Ils m'ont tant aidé et supporté dans mon épreuve avant et motivé après la greffe.
Le DON d'organes c'est l'avenir pour tous ceux qui attendent, mais à partir d'un donneur vivant c'est multiplier la chance de la greffe.
Etre vivant et accepter de donner de son sang, de la moelle osseuse ou un rein, c'est extraordinaire.
Mais n'oublions pas que le premier DON, c'est de donner son avis personnel pour aider sa famille à respecter votre volonté, sans qu'elle ait d'hésitation et de regret.
Donner un organe de son vivant c'est pouvoir vivre et voir l'autre revivre.

 

2ème témoignage: par Bernad COMTE

Le 20 novembre 2008, j'ai eu la chance de pouvoir bénéficier d'une greffe allogénique de cellules souches hématopoïétiques parce qu'en août 2005 j'ai développé un lymphome (cancer qui entre dans la famille des maladies du sang).

De novembre 2005 à janvier 2006, j'ai bénéficié, au Centre hospitalier du Mans, de chimiothérapies et il a été décidé de s'orienter vers une autogreffe (j'étais mon propre donneur). Hospitalisé à Tours en unité stérile de soins intensifs, cette greffe a été effectuée le 28 février 2006.

Mars : voilà le printemps et, pas à pas, on s'achemine vers la rémission ; et puis, en décembre 2007, j'ai constaté la réapparition de ganglions inguinaux et cervicaux ; le doute de la récidive devient certitude, confirmée par les différents examens.

D'avril à septembre 2008, retour tous les 21 jours au Centre hospitalier du Mans pour chimiothérapie. Pendant ce temps, on procède, par prise de sang, au typage HLA (carte d'identité tissulaire propre à chaque personne) en vue d'une allogreffe par donneur non apparenté puisque je n'ai plus de fratrie.

Les groupages HLA sont beaucoup plus complexes que ceux des groupes sanguins. Il existe des millions de combinaisons pour chaque personne, donc autant de groupages HLA différents. Pour la réussite de la greffe, la compatibilité donneur/receveur doit être LA PLUS IDENTIQUE POSSIBLE.
En août on m'informe qu'un donner compatible a été trouvé.

En début de témoignage, j'ai parlé de chance ; oui de chance, car le pourcentage de compatibilité au sein d'une fratrie est de 1 sur 4 ; elle passe pour un donneur non apparenté (en dehors de la famille) à 1 sur 1 000 000 !

Novembre 2008 : CHU d'Angers, unité stérile de soins intensifs,: ultime chimio corsée.
20 novembre : jour J ! Je bénéficie d'une irradiation corporelle totale afin de recevoir comme il se doit un hôte de marque : la greffe.
Au retour de l'irradiation, j'ai suivi par l'équipe soignante le trajet de ma greffe :
- « M. Comte ; votre greffe est partie ! ».
- « Partie ? Partie d'où ? »
- « d'Allemagne ; votre greffe est dans le train ».
- Et un peu plus tard :
- « M. Comte, ELLE est là !! Votre greffe est arrivée ! »
C'est tout ce que je saurai puisque le receveur et le donner s'engagent à ne jamais se dévoiler leur identité l'un à l'autre.

Plus j'approche de la greffe et plus se succèdent des sentiments mêlés d'espoir et d'inquiétude, d'enthousiasme, de peur, de colère et même d'apitoiement ! (ça ne peut pas faire de mal, après tout).

A 19 h 10, je vois arriver le médecin greffeur avec deux poches jaunâtres (semblables à des poches de transfusion) et l'équipe soignante qui restera tout le temps de la greffe.Tout paraît très simple, comme une perfusion. Vous voyez ce goutte à goutte, cette vie, ces gouttes de vie, cette nouvelle naissance, cette re-naissance qui s'écoule dans vos veines. C'est un moment merveilleux, on est conscient ; on VIT LA GREFFE !!

19 h 50, terminé, on débranche, c'est aussi simple que çà !

Les cellules greffées vont prendre progressivement place dans l'organisme. Cette greffe m'a permis de redevenir « normal ». Le chemin est long et change le regard sur la vie.

Je pense tous les jours à mon donneur, ou plus exactement le soir, lorsque je « repasse » ma journée. Et s'il m'a été permis de la vivre, cette journée, c'est parce que quelqu'un, quelque part, a répondu OUI !

« Un don, un échange et.... Tout change »
Assurément ce geste rapproche l'humanité.

 

3eme témoignage: par Claude HYVARD

CLAUDE, 71 ans : voilà 28 ans que je suis transplanté rénal, grâce à un DONNEUR ANONYME, je mène une vie et des activités comme tout un chacun. Pour moi c'est une nouvelle naissance (2 anniversaires par an). Ce donneur et sa famille, que je remercie de tout mon coeur, m'ont sauvé de la maladie que j'avais depuis l'âge de 32 ans. Après un long traitement et 8 mois de dialyse, de 3 séances par semaine à raison de 5 heures chaque, j'ai pu être gréffé à NANTES. Quel fut le bonheur et la joie pour moi  et ma famille d'avoir obtenu ce rein, grâce à un DONNEUR dont je ne connais rien de son état civil, car c'est un DON anonyme et gratuit.

Comme cette personne qui m'a sauvé et redonné la VIE, il faut réfléchir et prendre position pour le DON - OUI OU NON - c'est à vous de prendre la décision, ne laisser pas à votre famille le soin de décider à votre place, c'est votre volonté qui doit être respectée.

C'est pour cette raison qu'au sein de l'ADOT 72, je milite pour sensibiliser le public au OUI au DON d'ORGANES, nous en avons tant besoin. Réfléchissons qu'après un tragique accident ce que deviennent nos organes....Un donneur peut sauver en moyenne 4 personnes en attente de greffe.

IL FAUT TOUT DONNER A LA VIE, POUR QUE LA MORT N'AIT PLUS RIEN A PRENDRE.

Si vous avez un peu de temps de libre, pourquoi ne viendrez-vous pas nous rejoindre au sein de l'ADOT 72 pour nous aider à informer et à promouvoir LE DON D'ORGANES ET DE TISSUS.

                                                                   

                 CLAUDE, Trésorier à FRANCE-ADOT 72 

  PICT0504[1]              

 

4ème témoignage: par Nadine et Hugues          

Témoignages sur le don d'organes

Nous sommes parents de trois enfants. Nous avons abordés ensemble le sujet du don d’organes au détour d'un film "sept vies" et chacun d' entre nous avait dit "oui" au don, en espérant que cela n'arriverait pas ou le plus tard possible. Le drame est arrivé, Martin et Nathan ont eu un accident de voiture, il pleuvait beaucoup ce dimanche matin et la voiture a glissé dans un virage. Nathan n'a pas été blessé, Martin a été transporté au CHU de Caen dans un état grave. Les médecins ne nous ont pas donné d’espoir et la question du don s'est posé rapidement, nous avons accepté sans retenue ; sans doute parce que nous l'avions abordé ensemble mais aussi parce que Martin aimait généreusement la vie. Sa mort cérébrale nous a été annoncée et dans la nuit. Martin a donné son cœur, son foie et ses reins, il avait 19 ans. Nous avons pensé à ces malades; à ces familles à qui Martin allait redonner espoir. Ce fut pour nous source de réconfort; nous sommes très fiers de lui.

 

5ème témoignage: par Bruno         

Difficile de témoigner d'une greffe de coeur !

Je n’ai pas envie de rentrer dans des détails trop médicaux ou techniques, peut-être que cela n’a pas vraiment d’intérêt d’ailleurs. J’ai envie de dire qu’en étant en insuffisance cardiaque à 40 ans, on a l’impression d’être un vieillard tout en ayant un corps encore jeune. Les muscles répondent, la tête aussi, du moins quand on n’est pas trop abruti par le traitement, mais le cœur ne fonctionne plus. La sensation est très déstabilisante et déprimante ; le corps a envie d’effectuer des mouvements vifs, pressés, comme on a toujours eu l’habitude de le faire, mais le « moteur » ne suit plus et répond par des dératés. L’angoisse s’installe alors et il faut se réhabituer à un autre rythme de vie. Les différentes rééducations ne servent qu’à améliorer une qualité de vie et à apprendre à vivre avec ce nouveau handicap. J’ai malgré tout profité de cette difficile période pour travailler différemment, sur d’autres projets que je n’avais jamais pris le temps de faire.Mon état a empiré et tout devenait affreusement compliqué : une grande fatigue après s’être brossé les dents, tout calculer pour éviter de monter ou descendre des escaliers. J’ai voulu malgré tout rependre le travail, je n’ai tenu qu’une semaine, le seul fait de marcher m’épuisait. Il était également difficile d’accepter cet état et, face aux médecins, j’étais toujours positif, ce qui fait qu’ils ne se sont pas vraiment rendu compte de la gravité de mon état final. Il a fallu que mon ami intervienne pour expliquer et demander que je sois hospitalisé, puis inscrit sur le fichier national en attente de greffe. Les souvenirs d’avant et d’après la greffe sont très flous, comme si j’avais refoulé en partie. L’après greffe a été très difficile surtout pour mes proches qui me voyaient atteints de problèmes graves différents chaque jour.Mes souvenirs sont ceux que j’ai gardés de mes rêves sûrement shootés par les cocktails de médicaments.Et ce nouveau cœur qu’on me disait très bon mais qu’il fallait à présent entraîner. Et ce corps que je ne reconnaissais pas, qu’il fallait complètement rééduquer; apprendre à se tenir assis, à garder la tête droite, à soulever une fourchette…. Tout a été long, difficile et la première année est remplie d’examens, de rejet éventuel ou réel, de coup de téléphone de l’hôpital comme des rappels à l’ordre, de doutes. J’ai malgré tout eu l’impression d’un « reset » dans ma vie : mes projets ont avancé pendant cette période de maladie et m’ont permis de tenir le coup. Et quel bonheur aujourd’hui de pouvoir vivre une seconde vie, et je ressens cette envie de remercier cette formidable chaîne de compétences qui aboutit une transplantation.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

          


carte adots

Demandez votre carte d'ambassadeur du don d'organes

 

Don de moelle osseuse avec France ADOT

je donne

Retrouvez nous sur les réseaux sociaux

Rejoignez nous sur linkedin Rejoignez nous sur viadeo Rejoignez nous sur pinterest Rejoignez nous sur youtube