Rejoignez nous sur Facebook
Rejoignez nous sur Twitter
Rejoignez nous sur linkedin
Rejoignez nous sur viadeo
Rejoignez nous sur google +
Rejoignez nous sur pinterest
Rejoignez nous sur youtube

FRANCE ADOT 49

Maine-et-Loire

Maison des Associations
7 avenue de l'Europe
49130 Les Ponts-de-Cé
Tél : 02 41 44 22 21
adot49@hotmail.fr
ADOT Maine-et-Loire Votre CONTACT Mme Monique LE BIHAN Présidente Contacter directement

Quelques témoignages

DON D'ORGANES
MON AMOUR EST SUR SON LIT
ET VOUDRAIT GARDER SA VIE
LES BLESSURES SONT TROP FORTES
IL VA DEVOIR PRENDRE LA PORTE
SES ORGANES POURRONT SAUVER
DES PERSONNES CONDAMNEES
VAIS-JE DONNER MON ACCORD
POUR QU'ILS PRELEVENT DE SON CORPS
NOUS EN AVIONS DISCUTES
LE OUI EST COMME VERITE
LE DON DE SOI DE TOUTE SA VIE
CONTINUERA MEME SANS SA VIE
MAIS APRES LE DOUTE S'INSTALLE
MON OUI T-A-T'IL ETE FATAL
NE T'AI JE PAS DONNE LA MORT
EN FAISANT DON DE TON CORPS
MAINTENANT JE SUIS CONVAINCU
QUE TU N'AURAIS PAS SURVECU
JE SAIS QUE LA MORT CEREBRALE
ENTRAINE UNE MORT INTEGRALE
ACCEPTONS DONC AVEC AMOUR
LE DON D'ORGANES DE NOS AMOURS
ILS NOUS MANQUERONT POUR TOUJOURS
MAIS SAUVERONT D'AUTRES AMOURS

Marie-Thérèse C.

 

J'ai fait un Don de Moelle Osseuse

Donneur de sang depuis de nombreuses années, c'est presque naturellement que je me suis inscrit sur le fichier européen des donneurs de moelle osseuse. C'était dans les années 1980. Pendant plus de vingt ans, je n'ai eu aucun contact. Je ne pensais plus être appelé...

Jusqu'à ce jour de décembre 2004, où l'Etablissement Français du Sang d'Angers (E.F.S.) m'a contacté pour me demander si j'étais toujours d'accord et pour effectuer des premiers examens. Ceux-ci se sont traduits par une prise de sang afin de faire un typage HLA. J'étais peut-être compatible avec un receveur !!!

Quelques semaines plus tard, j'ai de nouveau été contacté pour d'autres analyses plus poussées qui ont confirmé ma compatibilité avec une personne en attente de greffe (une femme d'un autre pays d'Europe...).

De ce fait, la greffe pouvait s'envisager pour le mois de juin 2005. Mais un mois avant, j'ai été averti que la personne faisait une rechute de sa maladie. Donc, tout était repoussé à la fin novembre. (Petite déception pour moi, car j'étais vraiment prêt...).

Début novembre, j'ai passé une journée au C.H.U. d'Angers pour des examens complémentaires : radio des poumons, électrocardiogramme et entretien avec un anesthésiste. Puis je me suis rendu à l'E.F.S. pour un prélèvement de sang en vue d'une autotransfusion, après le prélèvement de moelle. En fait, on m'a prélevé deux poches de sang à une semaine d'intervalle, que l'on m'a ensuite réinjecté aussitôt le prélèvement de moelle.

Hospitalisé le 29 novembre 2005, le prélèvement de ma moelle, sous anesthésie générale, a eu lieu le 30 au matin, au niveau des os du bassin. Je suis rentré chez moi le 1er décembre, assez fatigué et avec quelques courbatures. Mais au bout de huit jours, j'avais récupéré ma forme d'avant.

Je reconnais avoir éprouvé une réelle satisfaction en effectuant ce don et en me rendant utile à quelqu'un. Mon seul mérite est d'avoir répondu présent quand le receveur avait besoin de moi. Pour moi, c'est un geste formidable : il ne faut rien en attendre en retour puisque c'est un acte anonyme et gratuit. Grâce à ce don, j'ai sauvé un être humain...

Aujourd'hui, je suis bénévole au sein de l'ADOT 49. Je m'efforce de donner mon témoignage afin de sensibiliser des jeunes élèves et des étudiants sur l'intérêt du Don de Moelle Osseuse.

GERARD


Donneur d'un rein : "le plus beau cadeau à faire"

J'ai donné un rein à ma soeur en 2000.

Notre famille est atteinte d'une maladie génétique, qui avait pour conséquence que les hommes mouraient à 48 ans. Je n'étais pas porteur de la maladie alors que ma soeur en était atteinte. Elle était à ce point mal que je suis allé à l'hopital pour savoir si j'étais compatible, en cas de don de rein.

Avant de prendre la décision, on se pose des questions d'ordre médical, mais aussi moral : et si d'aventure, la greffe échouait ? J'avais donc beaucoup d'appréhension. J'ai pris ma décision. Et j'ai dû officialiser ce don par une signature sur un document au Tribunal de grande instance.

Ma soeur et moi avons reçu une convocation pour une opération qui a été fixée au 13 janvier 2000. Nous nous sommes réveillés côte à côte dans la même salle. Depuis, elle va très bien et a repris une vie normale ; et moi, j'ai eu le bonheur de faire le plus beau cadeau qu'un frère puisse faire à une soeur.

FRANCIS


Une greffe de foie m'a sauvé la vie

Tout démarre en juin 2001 : je me sentais très fatigué. J'ai fait une prise de sang. Les médecins ont constaté des anomalies au niveau hépatique. Très vite, l'alcool est totalement écarté des causes possibles des dérèglements. Un an après, on m'a diagnostiqué une maladie génétique rare. Mon foie ne fonctionnait plus et mes poumons commençaient à être attaqués aussi.

Le 2 septembre 2005, j'ai été inscrit sur la liste d'attente pour recevoir une greffe. On m'y avait préparé depuis des mois. Il n'empêche, 15 jours plus tard, çà a été le choc lorsque nous avons reçu l'appel de Rennes. L'émotion était énorme. Quand çà arrive, c'est une joie immense. C'est aussi une épreuve. Pendant tout le trajet pour rejoindre l'hôpital, je n'ai qu'une idée en tête : joindre mes quatre enfants. Je voulais leur parler. Leur annoncer. Et puis leur dire au revoir aussi, au cas où. Et çà n'était bien qu'un au revoir. 7 heures d'opération et deux jours de réanimation plus tard, mon foie racorni était remplacé par un autre fonctionnel.

Je ne sais rien concernant l'origine de cet organe. Ce qui est certain, c'est que sans le corps médical et le donneur, je ne serais pas là. Je l'ai su après, il était grand temps de procéder à la greffe.

DOMINIQUE


J'ai reçu un merveilleux cadeau

Comme pour beaucoup, il y a un avant et un après.

Avant, c’est la naissance de notre fille, l’emménagement dans notre nouvelle maison, un travail qui plaît, enfin le bonheur tout simplement…

Et puis, à 27 ans, tout bascule ! C'était en décembre 2003. Un gros rhume se transforme en essoufflement et grosse fatigue. Mon médecin m’hospitalise aussitôt, suspectant quelque chose de grave.

Après beaucoup d’examens, on m’annonce que j’ai une HTAP (HyperTension Artérielle Pulmonaire). C’est une maladie rare, très invalidante, qui ne se guérit pas. Je dois rester sous oxygène 24h/24. Je ne dois plus faire d’efforts (ne pas porter mon bébé…). Je commence un traitement lourd pour ralentir l’évolution de la maladie et soulager mon cœur.

Je ne vis plus, je survis.

On me propose une transplantation cœur/poumons. Après une longue réflexion, beaucoup de questionnements auprès des équipes médicales et de personnes déjà greffées, j’accepte de m’inscrire sur la liste des demandeurs d’organes en 2006. A partir de ce moment, il n’y a plus qu’à attendre, en espérant que mon cœur tiendra le plus longtemps possible.

Je suis de plus en plus essoufflée. J’ai parfois besoin d’un fauteuil roulant. Certains soirs, je ne peux même plus monter les escaliers pour aller me coucher, c’est mon mari qui me prend dans ses bras.

Un an après, un soir en mars 2007, je reçois enfin l’appel tant attendu de l’hôpital : un greffon est compatible. Il n’y a plus de temps à perdre.

Au bloc opératoire, on s’active auprès de moi : les infirmiers qui me mettent cathéter et perfusion, l’anesthésiste (qui s’inquiète un peu parce que j’ai mangé une tartiflette au dîner !) et enfin le chirurgien. Ensuite, je dors, pendant que toute l’équipe médicale réalise un travail merveilleux ! La transplantation cœur/poumons se passe bien.

Je me réveille dans l’après-midi. C’est le 27 mars 2007 et une nouvelle vie commence pour moi.

Je n’ai plus les lèvres ni les ongles violets. Je peux parler sans m’essouffler. J’ai un bon appétit (dû aux corticoïdes), ce qui me permet de reprendre du poids. Puis, je redécouvre la marche, les escaliers à monter, le vélo d’appartement pour me remuscler.

Bref, je me sens revivre.

Ma fille s’étonne que je n’aie plus de « tuyau » dans le nez et que je marche. Jusqu’à présent, elle avait toujours connu sa maman malade.

Je rentre à la maison au bout d’un mois. Et je retrouve petit à petit une vie quasi-normale.

Désormais, un rien me rend heureuse. On m’a offert une nouvelle vie.

Je pense très souvent à mon donneur et à sa famille. Je ne les connaîtrai jamais, mais je leur dit MERCI pour leur générosité, pour ce cadeau inestimable : un don pour la vie !

CECILE


HYMNE A L'AMOUR

Pour sauver des vies en sommeil,

Des rayons de soleil offerts.

Tes reins ou bien ton foie,

Un peu de vie qui te survit.

Des pétales d'amour

Offerts alentour...

Savoir qu'en d'autres tu vis

Nous aide grandement.

Plus que tout, ces cadeaux anonymes,

Sont pour l'Amour un Hymne.

MH



carte adots

Demandez votre carte d'ambassadeur du don d'organes

 

Don de moelle osseuse avec France ADOT

je donne

Retrouvez nous sur les réseaux sociaux

Rejoignez nous sur linkedin Rejoignez nous sur viadeo Rejoignez nous sur google + Rejoignez nous sur pinterest Rejoignez nous sur youtube