Rejoignez nous sur Facebook
Rejoignez nous sur Twitter
Rejoignez nous sur linkedin
Rejoignez nous sur viadeo
Rejoignez nous sur google +
Rejoignez nous sur pinterest
Rejoignez nous sur youtube

FRANCE ADOT 10

Aube

4 rue Salvador Allende
10100 ROMILLY SUR SEINE
Tél : 06.61.05.76.30
France ADOT Votre CONTACT M. Jean-Paul BARTHELEMY Président Contacter directement

Quelques témoignages

Témoignage d'un greffé cardiaque aubois :

C'est en 2001 que je me suis aperçu de ma maladie. Sportif de haut niveau, lors des entrainements je n'arrivais plus à reprendre mon souffle. Ce qui est anormal chez un sportif. J'ai donc consulté mon généraliste qui m'a prescrit un traitement qui est resté inefficace. Après quoi j'ai vu un cardiologue qui, après une écho-coeur, a diagnostiqué une cardiomyopathie dilatée avancée. J'ai donc été dirigé vers un hôpital parisien où j'ai été reçu par un grand spécialiste de l'insuffisance cardiaque, qui, après avoir pratiqué toute une "batterie" d'examens, en est arrivé au même diagnostic que le cardiologue, à savor : cardiomyopathie dilatée et avancée. Il m'a donc prescrit plusieurs traitements qui ont stabilisé la maladie.

Au fil des années, mon état de santé s'est dégradé et en 2006, j'ai attrapé une salmonellose qui a complètement détruit mon système immunitaire. J'ai donc été hospitalisé.

En 2007, mon état de santé continuant à se dégrader et mon coeur s'affaiblissant toujours davantage, le professeur qui s'était occupé de moi la première fois a donc décidé de me poser un défibrilateur. En 2008 : problème avec le défibrilateur ... réhospitalisation à Paris.

Début 2009, le cardiologue décida de m'inscrire sur la liste d'attente des transplantations cardiaques. Ce fut une attente interminable et angoissante car je pouvais être appelé à toute heure du jour ou de la nuit et 7 jours sur 7.

Le 7 Décembre 2009 à 22 heures, le téléphne sonne. L'hôpital parisien m'appelait pour m'annoncer qu'un coeur était disponible. Je disposais donc de trois heures pour me rendre dans cet hôpital. Au bout de 10 minutes, nouveau coup de téléphone pour m'annoncer que le greffon s'était détérioré lors du prélèvement. Imaginez mon désarroi... Durant les semaines qui suivirent, mon état de santé continuait à se dégrader très vite.

Le 24 Décembre 2009, 5 heures du matin, un nouvel appel me prévenait que cette fois était la bonne. Panique... il fallait faire très vite pour trouver une ambulance. Nous sommes partis à 5 h 45 et sommes arrivés à Paris à 6 h 50. Il fallut un peu plus d'une heure pour parcourir 200 km. Quelle performance ! Imaginez mon émotion pendant le trajet, un mélange de peur, joie, soulagement ... je ne sais pas.

Dès mon arrivée j'ai été pris en charge par l'équipe de préparation et c'est à 10 h 50 que l'anesthésiste est venu me chercher. Cette attente fut interminable. C'est à 14 h 15 que je me suis réveillé. Puis, après avoir regardé autour de moi, j'ai eu un léger sourire et je me suis dis :"ça y est, je suis sauvé !" Je ne pouvais pas parler, j'étais intubé et branché de partout. C'était impressionnant. Pendant les sept jours qui suivirent, je n'eus droit à aucune visite. Mon épouse et ma fille sont venues me voir le 1er Janvier 2010, j'étais dans une chambre stérile, assis dans un fauteuil, plus d'intubation, je pouvais enfin parler. Elles étaient stupéfaites de me voir là, assis, après seulement huit jours de greffe.

Après un séjour de neuf jours en réanimation, j'ai été tansféré dans une chambre non stérile où l'on m'a prodigué énormément de soins, nuit et jour. Après dix jours passés dans cette chambre, je suis parti en rééducation cardiaque pendant trois semaines. J'ai donc été hospitalisé sept semaines en tout.

Ensuite, bien évidemment, je suis rentré à mon domicile où j'ai repris mes marques petit à petit. J'ai recommencé à conduire ma voiturre, à bricoler etc... Depuis j'ai trois séances par semaine chez le kiné. Je marche (8 km tous les jours), je fais de la gymnastique.

Maintenant, je me porte très bien, malgré quelques problèmes familiaux, suite à cette greffe que certains membres de ma famille n'ont pas acceptée... Hélas ! Cette greffe m'a pourtant sauvé la vie.

Malgré tout, j'ai toujours gardé espoir et ce n'était pas facile tous les jours.

Je vis normalement et j'ai repris toutes mes activités, sportives, bénévolats au sein de FRANCE ADOT 10 et autres associations et aujourd'hui je dis :

BRAVO LA GREFFE

 Un grand coup de chapeau à l'équipe soignante qui s'est occupée de moi sans relache et un grand merci à Messieurs les chirurgiens pour leur excellent travail.

 

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

 

Voici ci-dessous un poême très beau et très émouvant écrit par un greffé : M. Didier SIMON de FRANCE ADOT 27, qui s'intitule :

LA GREFFE

Qui es-tu

Toi qui n'es plus là

Et si présent à la fois

Chaque jour en moi

 

Qui sont ces parents

Qui ont donnés un soir

De grand désarroi

Une partie de leur enfant

Qui bat,

Au même rythme que moi ?

 

Je t'aime

Sans jamais te connaître

Un lien invisible

Mais indéfectible

Nous uni à jamais.

 

Tu es parti, je suis revenu

Pour toi un départ précipité

Pour moi une renaissance

Chaque jour ravivée

Merci de m'avoir donné

Un peu de toi

Je vis pour deux, sois confiant,

Je te protège chaque jour, chaque heure, chaque seconde,

Tu es dans ma vie, tu es dans mon corps,

Tu es dans ma vie, tu es ma vie

Merci.

 

Merci à vous qui avez pris quelques minutes de votre temps pour lire ce merveilleux poême qui nous fait ressentir à nous, personnes en bonne santé, ce que ressent profondément une personne greffée, son MERCI à son donneur, son MERCI à la VIE...

 

 

 

 

 

 


carte adots

Demandez votre carte d'ambassadeur du don d'organes

 

Don de moelle osseuse avec France ADOT

je donne

Retrouvez nous sur les réseaux sociaux

Rejoignez nous sur linkedin Rejoignez nous sur viadeo Rejoignez nous sur google + Rejoignez nous sur pinterest Rejoignez nous sur youtube