Rejoignez nous sur Facebook
Rejoignez nous sur Twitter
Rejoignez nous sur linkedin
Rejoignez nous sur viadeo
Rejoignez nous sur google +
Rejoignez nous sur pinterest
Rejoignez nous sur youtube

Vers une chirurgie sans chirurgien ?

Une nouvelle génération de robots

robot-da-vinciLa 4ème génération de robot Da Vinci débarque en Europe. La pratique chirurgicale est percutée par la précision extrême et l’automatisation de ces machines.
Le robot Da Vinci Xi, dernier né d’une série lancée il y a 15 ans, vient d’obtenir le marquage CE. Sa commercialisation en Europe est imminente. Un exemplaire est en démonstration à Paris, à l’Ecole Européenne de Chirurgie.
Le Dr Vincent FLAMAND, urologue, a pu tester l’outil et le comparer avec l’avant-dernière version dont est équipé son CHU, à Lille. « La vision est meilleure et l’interface graphique, plus aboutie. Tout est tactile. Un logiciel permet à chaque chirurgien de programmer ses préférences : hauteur de la console, sensibilité des bras, … ».
Un trocart unique – là réside l’innovation principale – permettra le passage d’une micro-caméra (HD et 3D) et de trois instruments flexibles. « On pourra changer de cadran dans l’abdomen sans avoir à changer l’installation du robot. La chirurgie digestive y gagnera beaucoup », estime le Dr Flamand. Environ 80 robots Da Vinci équipent actuellement la France. La chirurgie robotique, très coûteuse, a ses détracteurs, qui pointent l’apparition d’effets secondaires.
Mais pour le Pr Guy VALLANCIEN, mordu d’innovation, aucun retour en arrière n’est envisageable : « L’automatisation de la chirurgie est un mouvement inéluctable, à condition de bien former les chirurgiens. L’orthopédie et la chirurgie esthétique resteront faites par la main de l’homme. Mais dans 10 ou 15 ans, des pans entiers de la chirurgie thoracique et abdominale se feront par un système embarqué, équipé pour traiter les petites lésions de façon localisée et mini invasive ».


Des gestes codifiés

Le Président de l’Ecole Européenne de Chirurgie voit déjà le coup d’après : un jour, anticipe-t-il, "le robot opérera seul une tumeur. La machine comparera le scanner ou l’IRM avec l’anatomie réelle filmée en direct par ses soins, et ira frapper au plus près la tumeur, à coup de laser, d’ultrasons ou de radiofréquence".

Alors, au chômage, le chirurgien ?
« Il faudra toujours des chirurgiens formés pour faire fonctionner le robot, et reprendre la main au besoin », estime le Dr FLAMAND. « Mais on peut très bien imaginer que le robot exécute seul des gestes codifiés ».
L’Ecole Européenne de Chirurgie se verrait bien réaliser la première opération sans chirurgien. « Il y a bien des drones sans pilote et des voitures sans chauffeur », argumente le Pr VALLANCIEN. « Les blocs opératoires vont se transformer en plateformes multi-opérationnelles où des tables robotisées rouleront automatiquement d’un point à l’autre, sous l’œil d’ingénieurs opérateurs. Les chirurgiens qui refusent d’en entendre parler ont tort, c’est l’avenir ! ».


Delphine CHARDON pour le Quotidien du Médecin, Juin 2014

Revenir sur : Informations scientifiques

carte adots

 

Don de moelle osseuse avec France ADOT

je donne

Retrouvez nous sur les réseaux sociaux

Rejoignez nous sur linkedin Rejoignez nous sur viadeo Rejoignez nous sur google + Rejoignez nous sur pinterest Rejoignez nous sur youtube